Skip to content

Géorgie-Russie : nouvelle Guerre froide ou incursion déstabilisatrice?

August 15, 2008

Par l’ancien bloggueur de Canada Monde, Alain Mouton

On le sait, le conflit entre les deux ex-républiques de l’Union soviétique est avant tout un conflit politique. On a d’ailleurs vu le Premier ministre Harper déclarer que la réaction de la Russie reflétait une « mentalité de l’ère soviétique ». La guerre en Géorgie fournit effectivement une nouvelle occasion de recourir à l’image d’une autre guerre froide, idée que l’on croyait révolue avec la chute du mur de Berlin en 1989 et la disparition de l’URSS. La comparaison est bien évidemment tentante puisque deux camps semblent s’être constitués, avec d’un coté Moscou et de l’autre, un petit pays aspirant à rejoindre les Occidentaux, plus précisément la communauté euro-atlantique. On pourrait alors se croire, encore une fois, dans un monde divisé en deux blocs bien distincts. Toutefois, bien que l’analogie soit tentante, elle pourrait être trompeuse. Et cela pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, en dépit des enjeux politiques, la Russie est surtout intervenue en Géorgie car elle en avait la « chance », si on peut s’exprimer ainsi. En intervenant militairement en Ossétie du Sud, la Russie a voulu montrer au monde entier qu’elle ne tolérait pas que ses intérêts soient bafoués par un petit État. Et comme le souligne l’analyste militaire Pavel Felgenhauer, l’offensive géorgienne a fourni à son puissant voisin un prétexte pour illustrer sa rhétorique politique par une action concrète. Deuxièmement, on ne peut pas parler d’affrontement de type guerre froide étant donné que l’on n’a pas recensé la présence de troupes occidentales qui seraient venues prêter main forte aux Géorgiens, même si l’Union européenne à un temps penser à envoyer un contingent. De fait, on ne retrouve plus les mêmes logiques stratégiques qu’auparavant. Troisièmement, si la Russie a fait une incursion en Ossétie du Sud c’est aussi parce que les enjeux économiques, notamment pétroliers, sont importants, et non pas pour défendre un peuple ami. Car même si la Géorgie n’a pas de pétrole, elle est tout de même un pays clef dans l’acheminement du pétrole de la mer Caspienne vers l’Europe. La Géorgie se présente alors aujourd’hui comme une voie de transit alternative à la Russie, ce que les Russes ont du mal à accepter. D’où l’hypothèse, avancée par certains analystes, de vouloir déstabiliser économiquement la Géorgie en tenant compte du fait que l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan a largement contribué à la croissance du petit pays caucasien.

Donc, même si les Russes veulent nous laisser croire que dans le Caucase deux camps se partagent des zones d’influence, et que les Occidentaux ont poussé trop loin leurs pions contre la Russie en cherchant à « l’encercler par des démocraties » – expression employée par le ministre russe des affaires étrangères –, un fait demeure. La Russie est intervenue militairement dans un pays indépendant avec des visées et objectifs clairs. Elle a ainsi violé l’intégrité du territoire géorgien et dérogé, de ce fait, à l’un des piliers du droit international. Par conséquent, ce qui est en cause dans le Caucase aujourd’hui n’est pas l’équilibre entre la Russie et un Occident – d’ailleurs bien divisé – mais plutôt le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Mais cela reste un autre débat auquel il faudrait certainement s’attarder.

Advertisements
2 Comments leave one →
  1. Alain Mouton permalink
    August 21, 2008 10:34 pm

    C’est vrai que la Russie a peur puiqu’elle veut étendre ses sphères d’influence, qu’elle avait du temps de la guerre foride. Il est vrai également qu’elle s’est tournée sur ses ennemis les plus faibles, car facilement attaquables. C’est dotant plus vrai que la Russie a véritablement eu un dialogue de sourd avec les Européens et les autres médiateurs.

  2. August 20, 2008 4:48 pm

    La Russie a peur, c’est pourquoi elle a attaquee la Georgie. Encerclee et menacee (comme une ours),elle se tourne vers le plus faible des “ennemis”, la Georgie. C’est une affaire tres triste.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: