Skip to content

Omar Khadr : une histoire trouble comme même…

July 28, 2008

Par l’ancien bloggueur de Canada Monde, Alain Mouton

Le 23 mai 2008, le plus haut tribunal du Canada statuait unanimement que la procédure contre Omar Kadr, détenu à Guantanamo, était « contraire au droit interne états-unien et à des conventions internationales sur les droits de la personne dont le Canada est signataire ». Cette déclaration de la Cour suprême du Canada est claire : le gouvernement canadien a été complice de violations du droit international en permettant aux Américains d’emprisonner Omar Kadr.

Cette dénonciation avait mis le gouvernement Harper dans l’embarras et suscité une vague de protestations contre celui-ci. Cependant, la diffusion le 15 juillet 2008, par les avocats du jeune détenu, d’une vidéo montrant ce dernier prostré, apeuré et appelant à l’aide de son pays natale (le Canada) devant des agents de renseignements canadiens a encore une fois mis le gouvernement dans l’impasse. Mais cette vidéo a surtout fait parlé du dossier Khadr dans les médias et suscité une certaine indignation de la part des Canadiens pour le gouvernement d’Ottawa. Cette vidéo est d’autant plus marquante qu’elle fait l’objet d’une opération de « dévoilement » de la part des autorités canadiennes – et américaines? – (même si ce sont les avocats qui ont décidé de divulguer les enregistrements, ceux-ci étaient nécessairement sous le contrôle des autorités canadiennes ou américaines) puisque Omar Kadr est le premier prisonnier de la base militaire américaine que l’on découvre pendant ses interrogatoires, tenus en 2003, alors qu’il avait 16 ans.

Dès lors, le débat public a radicalement et rapidement tranché. La question Khadr a basculé dans le camp des défenseurs des droits de la personne. Il est évident que reprocher au gouvernement conservateur de ne faire aucun effort pour assumer ses responsabilités envers un de ses citoyens est tout à fait normal et légitime, mais il est également important de répondre à d’autres questions qui n’ont été jusqu’ici que parcimonieusement évoquées. Par exemple : qui sont donc les parents qui ont décidé d’emmener leur fils dans un camp d’entraînement pour extrémistes en Afghanistan ? Pourquoi le gouvernement se montre-t-il aussi inflexible quand à la possibilité de rapatrier le jeune détenu? Pourquoi l’opinion publique canadienne a commencé à s’intéressé à cette affaire si tardivement, et apparemment après la diffusion de la vidéo?

Toutes les facettes de ce dossier n’ont pas encore été démystifiées. Il faut croire que les archives sont bien gardées et les autorités sont loin de divulguer une quelconque information susceptible de nous permettre d’en savoir davantage sur ce dossier. Bref, entre deux flashs de nouvelle et quelques articles d’informations mutuellement validés il est difficile de se faire une opinion éclairée sur un sujet aussi délicat.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: