Skip to content

Le Canada et l’Afghanistan (Encore une fois)

June 16, 2008

Par un de nos précédents stagiaires et ancien bloggeur Louis Messier

La présence canadienne en Afghanistan est un sujet chaud qui revient fréquemment à chaque semaine. La semaine dernière, deux nouvelles retiennent l’attention : la première est que le gouvernement canadien annonçait l’ajout supplémentaire de 600 millions de dollars au développement de l’Afghanistan et l’autre fut la spectaculaire évasion de détenus talibans de la principale prison de la province de Kandahar. Ces deux nouvelles sont un exemple des difficultés que rencontrent le Canada en Afghanistan.

Commençons par la première nouvelle. L’ajout de 600 millions de dollars vise à améliorer le développement de la province de Kandahar où est stationné le contingent canadien. Le gouvernement canadien a comme priorité d’assurer les services essentiels à la population et de développer certains « grands » projets comme l’amélioration du barrage d’irrigation Dahla dans le but d’éloigner la population civile afghane des mains des talibans. Le problème avec ces priorités ambitieuses est que le contingent canadien est soumis à une double contrainte de temps et de nombre. En effet, la mission se termine officiellement en 2011 et les troupes canadiennes doivent réussir la double tâche de rebâtir la province de Kandahar et de la sécuriser en même temps contre les insurgés talibans en seulement trois années et avec seulement 2500 hommes. C’est une tâche éminemment complexe que de bâtir une démocratie viable en seulement trois ans…

D’un autre côté, l’évasion spectaculaire de prisonniers talibans à la prison de Kandahar représente le problème de la sécurité dans cette province afghane. Les talibans viennent de réussir un attentat hautement spectaculaire dans un lieu jugé sécuritaire qui était gardé par la police afghane. Force est d’admettre que la police et l’armée afghane ne sont pas encore en mesure de prendre en charge par elles-mêmes la sécurité de leur province. Les forces canadiennes devront continuer à prendre en charge les missions de combat tant que les forces afghanes ne seront pas aptes à combattre et ce, de façon efficace. Également, il est impossible de se lancer dans d’énormes projets de développement si la sécurité n’est pas présente. Autrement dit, les aspects militaires et humanitaires de cette mission sont reliés l’un à l’autre.

Enfin, la perspective de voir un Afghanistan fort, démocratique et qui se charge de sa propre sécurité en 2011 est plutôt faible. Devons-nous quitter à cette date ou rester de façon indéterminée pour mener à terme le développement de ce pays?

Advertisements
4 Comments leave one →
  1. louismessier permalink
    June 19, 2008 1:40 pm

    Merci pour votre commentaire! Pour répondre à votre question, après une petite recherche rapide, je n’ai trouvé aucune date ni année qui annoncerait la fin de la mission de l’OTAN. Dans un document intitulé « ISAF’s Strategic Vision », il est marqué que les gouvernements et les nations membres de la FIAS vont continuer à supporter le gouvernement afghan à long terme dans sa quête de développement et de sécurité (http://www.nato.int/docu/pr/2008/p08-052e.html). Nous pouvons estimer que le mandat se terminera quand les membres de l’OTAN quitteront eux-mêmes l’Afghanistan, soit parce qu’ils ne seront plus requis par le gouvernement afghan ou soit parce que la situation sera tellement difficile que les gouvernements membres de l’OTAN retireront leurs soldats. Pour les soldats canadiens, la décision ou non de rester en Afghanistan est du ressort du gouvernement fédéral. Celui-ci a décidé de reconduire la mission du Canada en Afghanistan jusqu’en 2011. Il pourrai toujours rapatrier les troupes avant, mais il passerait pour un très mauvais allié aux yeux de ses alliés de l’OTAN. Également, vous mentionnez que les autres membres de l’OTAN doivent s’impliquer davantage avec le Canada à Kandahar. Le gouvernement a essayé à plusieurs reprises de demander de l’aide aux autres membres de l’OTAN. Seuls les États-Unis ont convenu de déployer 1000 soldats dans la région. Il est évident qu’un effort plus soutenu de chaque pays membre de l’OTAN améliorerait les chances de réussite de la mission.

  2. June 18, 2008 7:46 pm

    Est-ce que la mission va se terminer en 2011 pour l’OTAN ou seulement pour les troupes canadiennes? Si la mission de l’OTAN se prolonge après 2011 et que d’autres pays prennent le relais, cette situation semble beaucoup plus souhaitable que d’essayer de rendre un pays démocratique en 3 ans et de laisser celui-ci face à lui-même ensuite. Enrayer une problématique prend beaucoup de support , de ressources humaines et de temps. Ce n’est pas 2500 hommes en trois ans qui changereont quelquechose en profondeur….

  3. louismessier permalink
    June 17, 2008 7:00 pm

    Merci pour votre commentaire. Pour ajouter à votre mention du fait que les autres pays de l’OTAN et de la communauté internationale qui ne semblent pas plus intéressé à intervenir de façon plus soutenue en Afghanistan, je répondrais qu’ils peuvent observer la réaction des citoyens canadiens face à l’engagement du Canada en Afghanistan. Celui-ci pèse contre le gouvernement Harper et la mission est massivement décriée au Québec. Dans une logique électorale, augmenter les effectifs en Afghanistan et risquer de perdre plusieurs soldats constitue un geste hautement impopulaire et qui risque de coûter le pouvoir à bien des gouvernements occidentaux. Pour développer l’Afghanistan, il faudrait beaucoup plus de soldats présents pour simplement sécuriser les zones à risque. Enfin, je dirais que le plus important est d’accepter que la démocratie n’apparaîtra pas seulement parce que des pays démocratiques se retrouvent sur le sol afghan et qu’ils conseillent le gouvernement dans sa manière de diriger. La démocratie est un cheminenent long et complexe qui avance au rythme de ses citoyens. Croire que dans trois ans l’Afghanistan sera une démocratie relève bien plus du rêve que de la réalité.

  4. Michèle Chrétien permalink
    June 17, 2008 1:05 am

    Bonne analyse de la situation afghane. 3 ans pour sécuriser et développer c’est trop peu de temps et de ressources. Si on s’adjoignait d’autres troupes de l’Otan, ce serait beaucoup plus réaliste. Quelle est la volonté internationale de démocratiser l’Afghanistan. Quel impact aura la nouvelle administration américaine sur le problème afghan. Des questions auxquelles il faudrait répondre avant de s’engager à plus long terme. Pourquoi risquer la vie de jeunes soldats si l’entreprise est vouée a l’échec.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: